ASSURANCE DOMMAGE OUVRAGE OBLIGATOIRE

ASSURANCE DOMMAGE OUVRAGE OBLIGATOIRE

L’assurance dommage ouvrage obligatoire dépend de la loi SPINETTA, loi qui a instauré une obligation de souscrire une assurance de dommages pour garantir la qualité des travaux réalisés par les entreprises professionnelles.

L’assurance dommage ouvrage obligatoire l’est pour

L'assurance dommages ouvrage est-elle obligatoire ?

Oui. La loi Spinetta de 1978 impose sa souscription pour toute construction neuve ou rénovation lourde

Quel est le prix de l'assurance dommages ouvrage ?

Pour les professionnelles, entre 1,4 et 2,5% coût de construction TTC, selon la typologie la taille et le lieu du projet

Pour les particuliers: à partir de 3500 €

Est-ce compliqué de négocier une assurance dommages ouvrage ?

Il n’est forcément compliqué de négocier l’assurance dommages ouvrage: il est par contre plus compliqué de trouver un courtier qui vous apportera réellement des offres concurrentes et compétitives sans prendre des frais: c’est ce à quoi nous nous engageons : minimum 3 offres, aucun frais de courtage

Prenez-vous des frais de courtage et/ou de gestion ?

Notre politique vis-à-vis de nos prospects et clients promoteurs immobiliers est très claire: nous ne prenons AUCUN FRAIS DE COURTAGE ou DE GESTION: ni avant, ni pendant, ni après la mise en place des contrats. Nous sommes rémunérés par les assureurs avec qui nous travaillons et plaçons les risques. Notre intervention est donc totalement transparente en terme de coût pour votre entreprise, et nous vous faisons même économise beaucoup d’argent en négociant les meilleures offres tarifaires

Est-ce que je peux souscrire la dommages ouvrages après avoir fini les travaux ?

Oui nous disposons d’un produit spécialisé pour assurer en dommages ouvrages les constructions et promotions déjà achevées. Les conditions de souscription sont un peu plus complexes car l’assureur souhaite se prémunir du risque de souscription frauduleuse lorsqu’un risque est déjà survenu: c’est pourquoi des attestations sur l’honneur, ainsi que de l’architecte et du contrôleur technique seront requises pour certifier qu’il n’y pas de sinistre encours ou dont la survenance est quasi sûr à très court terme

En combien de temps puis-je obtenir des offres DO ?

Une fois le questionnaire online complété, nous revenons vers vous sous 24h

Avec quels assureurs travaillez-vous ?

Nous travaillons avec des assureurs français et étrangers via le marché des Lloyds, ce qui nous permet de disposer de conditions financières particulièrement avantageuses tout en étant très réactifs. Tous nos partenaires étrangers interviennent en LPS et sont certifiés et contrôlés par les autorités de contrôle prudentiel de la banque de France

mises en chantiers sur les 12 derniers mois

%

des français sont locataires

millions de logements en France

+ D’INFOS SUR L’ASSURANCE DOMMAGE OUVRAGE OBLIGATOIRE

Régime de l’assurance dommage ouvrage obligatoire

La loi Spinetta de 1978 rend l’assurance dommages ouvrage obligatoire pour la construction d’un ouvrage neuf, les travaux de gros œuvre ou l’agrandissement d’un bâtiment déjà existant. Il s’agit en fait d’une obligation qui concerne les travaux pouvant affecter la solidité d’un bâtiment ou le rendre impossible à utiliser (inhabitable, inutilisable de façon normale). Cette assurance fonctionne avec la garantie décennale obligatoire du constructeur étant donné qu’il est tenu pour responsable de ces différents dommages durant 10 années après la réception.

Le régime obligatoire de l’assurance garantit le versement des sommes permettant d’effectuer les travaux de réparation des dommages en question, sans recherche préalable de responsabilité. Elle permet donc une réparation rapide des dommages menaçant la solidité de l’ouvrage, le rendant inhabitable, inutilisable ou encore des équipements qui ne sont réparables ou remplaçables qu’en abîmant la construction. L’assureur du maître d’ouvrage se retourne ensuite contre l’assureur du constructeur évitant ainsi la démarche au propriétaire du bâtiment. Les garanties obligatoire de l’assurance protègent le propriétaire de l’ouvrage à partir de la fin de la période de parfait achèvement (l’année faisant suite à la réception des travaux). Cette protection prend fin 10 années années après la réception, soit 9 ans après la fin de la période de parfait achèvement. Le régime obligatoire de l’assurance dommage ouvrage peut être complété par diverses garanties facultatives.

C’est le maître d’ouvrage qui doit se charger de souscrire à l’assurance dommage ouvrage obligatoire protégeant les propriétaires. Ne pas obéir à cette loi, c’est prendre le risque de s’exposer à des sanctions pénales pour le maître d’ouvrage. Ainsi, si le bien est vendu alors que la garantie décennale est toujours en court mais qu’aucune assurance dommage ouvrage n’a été souscrite, l’acheteur peut poursuivre le maître d’ouvrage pour défaut d’assurance. Les peines pouvant aller d’une amende de 75000 € à l’emprisonnement (10 jours à 6 mois). Les deux peines peuvent même être cumulées dans certains cas.

L’assurance dommage ouvrage particulier obligatoire ?

La loi imposant la souscription d’une assurance dommage ouvrage au maître d’ouvrage, elle rend donc l’assurance dommage ouvrage particulier obligatoire. En effet, le maître d’ouvrage peut être le particulier faisant construire lui-même sa maison ou encore le particulier propriétaire de l’ouvrage subissant un chantier impliquant la réalisation de gros œuvre. Toutefois, les sanctions pénales évoquées précédemment ne peuvent être appliquées aux particuliers lorsque les travaux concernent un logement qu’il va occuper ou que va occuper son conjoint, ses enfants, petit-enfants, parents, grands-parents…

Il existe une exception en ce qui concerne l’assurance dommage ouvrage particulier obligatoire. Celle-ci concerne les particuliers construisant ou commanditant la construction d’une maison individuelle isolée pour leur propre compte. Ils ne sont alors pas soumis à l’obligation d’assurance si aucun tiers n’est impliqué et qu’aucun crédit ne sert au financement des travaux. Faire le choix de ne pas souscrire à l’assurance dommage ouvrage représente cependant un risque pour le particulier. En premier lieu, si un dommage survient, le particulier ne bénéficie pas du versement rapide des sommes nécessaires aux réparations. L’autre risque pour le particulier se manifeste au moment où il souhaite vendre le bien concerné. Les acquéreurs peuvent ainsi être plus réticents si l’assurance dommage ouvrage n’a pas été souscrite. En effet, l’assurance étant liée au bâtiment, elle est donc normalement transmise au nouveau propriétaire si une vente a lieu dans les 10 années suivant les travaux. Ce n’est donc pas le cas lorsque l’assurance n’a pas été souscrite.

L’assurance dommage ouvrage obligatoire : fonctionnement

L’assurance dommage ouvrage obligatoire s’accompagne de contraintes quant à la souscription, les délais ou encore la prime à régler.

Concernant les délais, l’assurance dommage ouvrage obligatoire doit être souscrite avant le commencement des travaux. Au plus tard, il est possible de la souscrire durant le chantier, l’assurance devant absolument être en place au moment de la réception, date à laquelle elle devient potentiellement active. Un procès-verbal de réception doit obligatoirement être signé afin que l’assurance puisse entrer en jeu.

L’assureur fournissant l’assurance dommage ouvrage exige la réunion d’un ensemble de conditions pour accepter la demande du maître d’ouvrage. De même, de nombreux documents doivent être fournis, ils diffèrent selon le type de maître d’ouvrage : particulier ou professionnel.

Enfin, l’assureur exige le versement d’une prime unique à la signature du contrat représentant 7 à 8% du coût total du chantier. Une fois cette prime payée, l’assurance dommage ouvrage obligatoire est en place pour 10 années suivant la réception. Elle est transmise aux nouveaux propriétaires si le bâtiment est vendu durant cette période.

dommage ouvrage obligatoire

L’assurance dommage ouvrage obligatoire pour les professionnels ?

Les professionnels faisant office de maître d’ouvrage ou de mandataire du maître d’ouvrage ont pour obligation de souscrire à l’assurance dommage ouvrage.

Les professionnels agissant en tant que maître d’ouvrage et pour qui l’assurance dommage ouvrage est obligatoire peuvent être le promoteur immobilier ou le vendeur agissant pour le compte de futurs acquéreurs. Dans ce cas l’assurance bénéficiera aux propriétaires successifs durant la période de garantie décennale. Le professionnel en question peut également être un constructeur de maisons individuelles. L’assurance dommage ouvrage obligatoire doit alors être évoquée dans le contrat liant maître d’ouvrage et constructeur de maisons individuelles. Dans ce cas, aucun crédit ne peut être accordé sans preuve de la détention de l’assurance dommage ouvrage obligatoire. Les professionnels mandatés par un maître d’ouvrage sont également tenus de souscrire cette assurance. Cela concerne donc les syndics de copropriété ou encore les gérants d’immobilier qui sont en charge de faire réaliser les travaux pour le compte des propriétaires. Enfin, l’assurance dommages ouvrage obligatoire concerne également les entreprises réalisant des travaux de gros œuvre sur des bâtiments de l’entreprise ou faisant construire leurs locaux, leurs bureaux…

Pour les professionnels également il existe des exceptions concernant l’assurance dommages ouvrage obligatoire. Cependant ces exceptions sont rares et concernent des bâtiments très spécifiques. Ainsi, par exemple, le Code des Assurances, et notamment l’article L.243-1-1, ne contraint pas les professionnels à souscrire une assurance dommage ouvrage pour la construction d’ouvrages servant à la gestion des déchets. Cela concerne donc notamment les usines de traitement de déchets. De même, cet article précise que les bâtiments sportifs non couverts ne contraignent pas à la souscription d’une assurance dommage ouvrage, quelle qu’en soit la taille, qu’ils reçoivent du public ou non. Dans ce second cas, l’assurance dommage ouvrage obligatoire est tout de même de mise si le bâtiment sportif non couvert est en fait un « accessoire » d’un bâtiment soumis à l’obligation.

ASSURANCE DOMMAGE OUVRAGE OBLIGATOIRE
5 (100%) 1 vote